mémoire chien

Mémoire et animaux de compagnie : une association improbable, mais qui fonctionne !

La mémoire est une composante essentielle du cerveau humain sans laquelle l’évolution de l’homme aurait été et serait toujours impossible. En effet, comment pourrions-nous apprendre, nous améliorer et repousser les limites de nos connaissances si nous n’avions pas cette capacité à retenir les informations, à les assimiler et à les restituer au moment où nous en avons besoin ?

Dans cet article, nous allons étudier les différentes situations, conditions, maladies qui peuvent impacter négativement notre mémoire pour ensuite nos intéresser à une solution plutôt inattendue, mais qui est quant à elle positive voir même curative : la présence d’animaux de compagnies.

Comment fonctionne le processus de mémorisation ?

travailler sa memoire pour les exams

A l’heure actuelle notre technologie nous permet de comprendre, en partie, comment notre mémoire fonctionne mais sans toutefois nous fournir d’explication intégrale.

En clair, nous faisons beaucoup de progrès dans l’étude de cette fonction cérébrale mais nous n’en sommes très loin d’avoir compris l’intégralité de son fonctionnement.

Nous ne sommes qu’à l’aube du déchiffrage des secrets du cerveau humain, que beaucoup comparent en complexité avec l’univers lui-même.

Nous savons que c’est la création de réseaux neuronaux, autrement dit l’association et la connexion de neurones (cellules nerveuses) à l’intérieur de notre cortex cérébral qui gère l’intégration puis la restitution des informations. Lorsque nous apprenons quelque chose, notre cerveau va générer des interactions entre certains neurones pour mettre en place une sorte de « code » lié à cette information particulière.

A l’instar d’une bibliothèque, la mémoire est l’outil qui permet de stocker ces codes et de les mettre à disposition de notre esprit lorsque nous souhaitons y accéder. Tout comme c’est le cas pour un ordinateur, ces codes que nous générons à longueur de journée peuvent être sauvegardés, modifiés ou, comme nous allons le voir tout de suite, peuvent être effacées.

Les différentes atteintes à la mémoire

Il existe une multitude de conditions (relevant de la pathologie) mais aussi de comportements à risques qui peuvent nuire à la mémoire, avec des conséquences allant du simple oubli de son code secret de carte bleue à une destruction quasi-intégrale des souvenirs récents et/ou lointain. Voici une courte liste de ceux que l’on appelle « Les destructeurs de souvenirs » :

  • L’âge (vieillissement naturel)
  • L’anxiété/Stress/Dépression
  • L’Alcool
  • Les TOC (Troubles obsessionnels compulsifs)
  • La maladie d’Alzheimer
  • La démence
  • La maladie de Parkinson
  • La schizophrénie
  • Les AVC

Ces « conditions » ont des origines très variées et leurs répercussions sur le système nerveux central ont des degrés bien différents les unes des autres. Toutefois, il existe une chose qu’elles ont toutes en commun : la destruction à plus ou moins large échelle des connexions neuronales (ces fameux « codes » dont nous parlions plus haut) et donc la dégradation de la mémoire.

Une solution étonnante : Les animaux de compagnie !

Les solutions à la dégénérescence mémorielle sont multiples car elles dépendent de leur cause. Lorsque l’on prend l’abus d’alcool par exemple, un changement de comportement vers une réduction de consommation peut avoir des bénéfices sur les symptômes et aider à résoudre le problème de fond.

Lorsqu’il s’agit de maladies dégénérative (Parkinson, Alzheimer), bien que la recherche progresse, les solutions existantes ne permettent que de ralentir la perte des facultés mémorielles. Certains traitements paraissent prometteur mais ne sont à l’heure actuelle qu’au stade expérimental et ces maladies n’ont donc pas encore été vaincues.

Si les solutions médicales sont distinctes et bien sûres liées à chaque cas, la recherche scientifique nous a cependant récemment gratifié d’une découverte à la fois édifiante et étonnante : peu importe les conditions/pathologies impliquées, la présence d’un animal de compagnie s’avère être, dans la grande majorité des cas, un point positif aidant à stimuler les interactions neuronales, à stimuler les fonctions cognitives et donc à faire « travailler » la mémoire des individus.

chien aide memoire

En effet, via une multitude de facteurs, la présence d’un chien, d’un chat (ou autre) est quasiment toujours bénéfique pour la stimulation et l’entretien du cerveau humain

Le site Pourmonchien.fr a d’ailleurs récemment publié un article dans lequel il présente les différentes raisons pour lesquels un chien tend à améliorer nos fonctions intellectuelles et mémorielles :

  • Les chiens permettent de réduire l’anxiété et la dépression : au-delà de la simple distraction liée à la vie en commun avec un animal de compagnie, il a été scientifiquement prouvé, et ce à multiple reprises par des études très sérieuses, que les propriétaires de chiens…
  • Souffrent moins de dépression, d’anxiété, de stress, de sentiment de solitude, de léthargie, de TOC, etc.
  • Ont une pression sanguine significativement plus faible
  • Présentent des taux de Sérotonine et Dopamine (Hormone du bonheur) plus élevés
  • Présentent des taux d’Ocytocine (hormone de l’attachement, de la confiance) plus élevés
  • Montrent des niveaux de Cholestérol et de Triglycéride (souvent liés aux problèmes cardiaques) plus faibles

… que les individus vivant sans animaux de compagnie.

  • Ils favorisent les interactions sociales. La promenade quotidienne permet de rencontrer de nouvelles personnes, de générer des interactions sociales nouvelles, etc.
  • Ils nous imposent une certaine activité physique régulière (promenade encore une fois, ou simplement le fait de jouer avec son chien qui permet de mobiliser son corps).
  • Ils permettent la création d’émotion, de sentiments, qui sont des facteurs essentiels au bon fonctionnement de la mémoire et à la création de nouveaux réseaux neuronaux.
  • Ils permettent à l’être humain de se connecter au moment présent, ce qui se rapproche de certaines techniques de méditation (qui ont aujourd’hui été démontrées capables de favoriser la création de nouveaux neurones).
  • Ils permettent de capter l’attention et ainsi de rediriger la concentration d’un individu malade vers une émotion positive.

Ces bénéfices issus de la présence d’un chien dans la vie des personnes souffrant de problèmes de mémoires ont été validés par les plus grands laboratoires de recherche qui s’accordent tous à dire que les interactions avec les animaux de compagnie ont un effet, certes indirect mais significatif, sur la bonne santé de nos fonctions cognitives et contribuent à l’amélioration de celles-ci.

Certains centres de soins commencent d’ailleurs à introduire des chiens et chats dans leur programmes thérapeutiques, que ce soit auprès de très jeunes enfants ou de personnes âgées. Une information publiée par le site dressage-chien.net nous explique également que de nouveaux programmes d’entrainement canins sont développés afin de former des « Chiens d’Assistance à la Mémoire ».

Vous avez quelques trous de mémoire ? Il est peut-être temps d’adopter un animal !

Click Here to Leave a Comment Below