Dernier article mis en ligne:
dimanche 22 janvier 2012
210 articles,

Plan - Autour de Lyon - Leçons de memoire - Nos liens - Contact et Copyright
 
Le rôle du gouvernement de Vichy dans la déportation des juifs
Le rôle du gouvernement de Vichy dans la déportation des juifs
 

Prise de notes lors de sa conférence de Robert O.Paxton à Lyon (CHRD) du 4 Novembre 2000.

 
 

vendredi 6 décembre 2002 par Evelyne Marsura

L’historien revient tout d’abord sur le parcours qui l’a conduit à « s’attaquer au mythe de Vichy ».

En 1960, alors étudiant à Harvard, il vient à Paris pour effectuer des recherches dans le cadre d’une thèse de doctorat : « les officiers de carrière en 1940-44 » un sujet intéressant face au triple choix Pétain, Giraud, de Gaulle. Il est alors très vite étonné et bloqué dans ses recherches : les archives françaises sont fermées et les passions sont très vives encore. C’est finalement Robert Aron, auteur d’un livre qui fait date « La France de Vichy » ( 1954), qui lui donne accès aux sources de son travail.

Sa lecture des sources et du travail de Robert Aron le conduit à une remise en cause des travaux de l’historien français. Les conclusions de Robert Aron sont que les exigences et les capacités de l’occupant étaient illimitées et que Vichy n’a eu que des réactions aux initiatives de l’occupant en jouant un double jeu pour attendre des jours meilleurs. Des influences diverses expliquent l’interprétation aronienne :
-  ses sources sont surtout des comptes-rendus de séances publiques de procès de collaborateurs. Un juge ne pose pas aux témoins ou aux suspects les mêmes questions que l’historien. On est donc dans une perspective judiciaire où l’initiative vient forcément du côté allemand
-  sa propre expérience à Vichy où il a vécu caché dans la ville. Il a donc une vision complexe de comportements différents
-  son souvenir des derniers jours de Vichy. Tout historien travaille aussi avec ses propres souvenirs, mais ils ont besoin d’être contrôlés surtout lorsqu’il s’agit d’une période aussi tourmentée. Les souvenirs les plus récents éloignent les souvenirs plus anciens et R Aron écrit sous l’influence plus intense des souvenirs de la fin de Vichy.
-  La non-consultation des archives allemandes, pourtant capturées par les alliés et microfilmées. R Aron est mal renseigné sur la politique allemande et peu curieux de ce point en définitive

R Paxton a donc eu la volonté de combler cette lacune. Les archives allemandes permettent une image de la politique allemande et par reflet une image de Vichy envers les allemands, image à interpréter bien sûr. Au même moment, d’autres historiens travaillent de manière indépendante mais dans le sens d’une interprétation convergente, finalement confirmée par le début de l’ouverture des archives françaises. Ils aboutissent à une vue plus nuancée de la politique d’occupation. Si à la fin de la période, les Allemands imposent un diktat indiscutable, le début de l’occupation est très différent. Hitler a fait un calcul astucieux expliqué d’ailleurs, en juin 1940, à Mussolini qui revendiquait la Corse, Nice, les Alpes. Un armistice bien pensé empêchera les Français de former un gouvernement outre-mer et permettra de faire des « économies de moyens » en les laissant se gouverner eux-mêmes. Il suffit de se poser la question : Combien d’allemands sont présents en France ? Récemment , les dernières études montrent qu’ils n’ont jamais été plus de 60 000 et d’un âge moyen de 48 ans (1) . On est donc loin de la force illimitée et invincible décrite par Aron. La France de Vichy administre et laisse les allemands libres pour la conquête.

Vichy a pris des initiatives sans mener une politique de double jeu. Sa politique a d’ailleurs été très claire : défense de la neutralité française et révolution nationale. Auprès des alliés, c’est le « laissez-nous tranquilles »

Mais, la « neutralité de Vichy » a été conçue dans une situation qui n’existe plus après 1942-43, quand on ne peut plus croire en une guerre courte et qu’on peut même espérer une victoire alliée.

Selon Aron, la persécution des juifs par Vichy vient d’une initiative allemande. Or, les archives allemandes montrent que la politique à l’automne 1940 n’est pas à l’extermination. Les nazis essaient au contraire d’expulser les juifs notamment en France. Plusieurs milliers sont ainsi envoyés en France et Vichy proteste vigoureusement en construisant son propre système de discrimination à l’encontre de la volonté allemande. C’est, en octobre 1940, le 1er statut des juifs qui définit d’ailleurs les juifs sur des critères plus stricts qu’en Allemagne. L’explication du renouveau de l’antisémitisme traditionnel n’est pas suffisante. La dépression des années 1930 avait déjà poussé à l’émigration des dizaines de milliers de réfugiés de l’Europe centrale et la France les a accueillis plus que tout autre pays. Dans une France affligée par le chômage, Vichy apparaît comme une réaction à cette immigration.

Fin 1940-été 1941, il y a donc deux politiques anti-juives différentes. Vichy pratique la discrimination et l’exclusion à l’encontre des réfugiés mais aussi des autres juifs plus anciennement établis. Les nazis pratiquent l’expulsion vers la France. La politique d’extermination ne prend corps qu’en décembre 1941 pour devenir le transfert à partir du printemps 1942 vers les centres de mise à mort de l’Est.

Comment s’articulent les deux politiques ? la politique d’exclusion de Vichy rend plus facile la politique allemande d’extermination en France. Vichy fournit les fichiers d’adresses, les fonctionnaires et a rendu plus vulnérables les juifs par sa propre politique .

Comment expliquer la coopération de l’administration de Vichy ? A partir de mai 1942, Bousquet rencontre Oberg et Vichy apprend que les allemands acceptent de reprendre « leurs réfugiés » d’ailleurs pour la plupart dans des camps d’internement français. Vichy qui tient à « se débarrasser des réfugiés en surnombre » et à rester un état souverain coopère, pour gagner à la fois en autonomie politique et administrative et pour réduire le nombre de ses juifs étrangers . On aboutit ainsi à l’arrestation dans la zone non occupée de dizaines de milliers de juifs cédés aux allemands à partir de l’été 42. Il y a très peu de parallèle possible avec un autre état d’Europe, Vichy étant le rare état à livrer les juifs d’une zone non occupée. Des citoyens français, des évêques bouleversés expriment leur désaccord.

Le résultat : 76000 juifs ont été déportés avec l’aide de Vichy. Cette aide, il est vrai a diminué avec le temps. Si l’on ajoute les morts des camps d’internement de France ( maladies, conditions d’internements...) , c’est 90 000 morts, soit 25 % des juifs de France. C’est un taux relativement bas par rapport à d’autres pays , par exemple aux 75 % des Pays Bas. Ce chiffre final a permis à certains défenseurs du régime de Vichy de dire que finalement Vichy avait adouci les conditions imposées par l’Allemagne nazie.

Comment répondre ?

Pour R Paxton, c’est se poser la mauvaise question. La question qu’il faut poser, c’est : pourquoi en France avec toutes les opportunités de caches, tant sont partis ? Il y a eu beaucoup trop de déportés parce que si les nazis avaient dû œuvrer seuls, le chiffre serait plus bas. Ce n’est pas Vichy qui a réduit le nombre des déportés :

-  c’est parfois le manque de wagons

-  c’est une autre déportation engagée ailleurs (ex Italie)

-  c’est la résistance des français...

Et il conclut, sur les mots d’un poète entendu à New York : tous les juifs déportés l’ont été par les actions de l’état français. Tous ceux qui ont survécu ont été aidés par les individus et les organisations de résistance.

Conférence de Robert O.Paxton au CHRD de Lyon - 4 novembre 2000 - Professeur d’histoire à l’Université de Columbia - New York


Réponse aux questions

-  Pourquoi Hitler passe-t-il de la politique d’expulsion à celle de l’extermination ?

Un débat toujours actuel et où s’opposent plusieurs conceptions. la date actuelle retenue pour le début de la politique d’extermination est de décembre 1941, maisil n’y a rien d’écrit et signé de sa main. On peut avancer tout aussi bien l’euphorie des victoires de l’été 1941 que les déceptions de l’hiver 41 (URSS et USA)

-  Qui savait quoi ?

C’est toujours une question en plein débat. A partir de juillet 42, des témoins évadés d’Auschwitz , des Allemands dissidents avaient apporté des preuves. Fin 42, une proclamation des gouvernements alliés menace Hitler.

-  Pourquoi les alliés n’ont-ils pas bombardé Auschwitz et les nœuds ferroviaires qui y conduisaient ?

C’est un choix stratégique délibéré, celui de terminer la guerre le plus vite possible en gardant les bombes pour agir contre les usines d’armement. Quant à bombarder les voies ferrées, cela supposait une stratégie continue et coûteuse en moyens, une voie est réparable en 24 heures.

-  Quel a été le rôle de l’église ?

Les archives du Vatican viennent de s’ouvrir et déjà des équipes travaillent à les dépouiller.

-  Le statut des juifs d’octobre 40 a-t-il provoqué l’apparition d’un antisémitisme latent ?

Le travail de l’historien sur les rapports notamment des préfets révèle des attitudes mouvantes. En octobre 40, on a l’impression que c’est l’indifférence aux souffrances des autres à un moment où la vie est devenue difficile. C’est à l’été 42, que les sentiments se développent en zone sud lorsque de nombreux juifs traversent la ligne de démarcation.(= cet afflux de population va encore réduire les maigres provisions.) mais 6 mois plus tard, l’attitude devient différente à cause des déportations qui heurtent la population.

Avec l’aimable autorisation de Robert O.Paxton. Professeur d’histoire à l’Université de Columbia à New York Autorisation à Memoire net


A lire, à visiter :


-  Robert O.Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Points Histoire, Novembre 1999

-  (1) Une longue discussion a eu lieu depuis 2001 sur les forums Internet au sujet des "60 000 allemands présents en France", chiffre donné par l’historien.

Dans l’avant-propos de la France de Vichy, ( Points,1999) les sources de cette estimation sont précisées en notes de page :
-  Bernd Kasten, "Gute Franzosen" : Die französiche Polizei und die deutsche Bezatzungsmacht in besetzen Frankreich, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag 1993, p.56.
-  Hans Umbreit, Der Militärbefehlshäber in Frankreich, 1840-44, Boppard am Rhein, Harald Bildt Verlag, 1968, p.46
-  Rita Thalmann, La Mise au pas : idéologie et stratégie sécuritaire dans la France occupée, Paris, Fayard, 1991

Certains rétorquent qu’il y avait entre 400 à 500 000 soldats allemands entre juin 1940 et fin 41 en zone occupée, qu’ils étaient environ 1.4 millions en 1944.

Sauf que tout le monde ne semble pas évoquer les mêmes forces d’occupation : il y a sans aucun doute une distinction à faire entre les instances chargées du maintien de l’ordre et de la sécurité ( celles qu’évoque R Paxton) et la Wehrmacht qui, dans un premier temps, intervient peu dans la politique de répression.

Si le nombre des soldats de la Wehrmacht présents en France est relativement bien connu et facile à vérifier à partir du comptage des divisions pour n’importe quel internaute un peu opiniâtre, leur rôle dans la répression fait l’obet d’études récentes. Quant aux troupes d’administration pure, elles semblent bien plus difficiles à dénombrer faute d’archives et d’études poussées avant ces dernières années : de Rita Thalmann ( au maximum 40.000 personnes) à Ludwig Nestler ( "pas moins de 80.000 "), toutes les estimations sont possibles.

Cela n’enlève d’ailleurs rien à l’idée première : l’Etat français, celui dit de Vichy, a bien participé à l’arrestation de ceux qui furent déportés vers les camps, qu’ils soient déportés raciaux ou "politiques", et les sources françaises l’attestent. Il a participé et facilité...

-  Stefan Martens, Pour une Histoire de l’Occupation, 1940-1944, http://www.ihtp.cnrs.fr

-  Frankreich und Deutschland im Krieg (18.-20. Jahrhundert),Abschlussbericht DFG-Projekt, 2001-2004)




 

Autour de Lyon
La Seconde Guerre en Rhône-Alpes
Givors 1944
Les combats du Pont Rompu - Août 1944
La Première Armée Française à Mornant ( Rhône)
A Saint-Galmier, les 2 et 3 septembre 1944
Le bombardement de Saint-Etienne
Edition : Combats et lieux de mémoire en Rhône - Alpes
Témoignages
Résistance intérieure
Militaires
Les camps, la déportation
Autres témoignages
Quelques témoignages publiés
Inclassable
Leçons de mémoire(s)
Voyage de la mémoire à Auschwitz
Histoire et Mémoire, quelques livres
Les étrangers dans la résistance
En République Tchèque
Le camp de Stutthof en Pologne
Le Concours National de la Résistance et de la Déportation
Autour de "La Vie est belle"
Témoins en classe
Autour de la Seconde guerre mondiale
Mémoires
Déportation et camps
Les Tsiganes
Résistances
Les lois françaises
La vie quotidienne pendant la guerre
Divers
Questions en attente
  Ils chantaient sous les balles...
  Contacts


.Auschwitz, un bilan.
.Les convois de déportation de l’été 1944
.Le bilan de la déportation en France
.Génocide, Shoah, Holocauste
.Les alliés et les camps
.Les "musulmans"
.Le Saint-Louis
."Mort en déportation"
.Janusz Korczak, une vie au service de l’enfance
.Combien d’enfants sont nés en déportation ?
...Retour à la rubrique

. Déportation
. Occupation
. Conférence
. Mémoire (s)
. France

 


Ce site est réalisé avec SPIP logiciel libre sous licence GNU/GPL. Il est hébergé par Celeonet
Evelyne Py © 2004

Déclaration C.N.I.L N°759239
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés